Accueil
Interviews
Documents
Interviews
Accueil
Interviews
Documents
Copyright © 2008 Stanrougier.com Tous droits réservés.
Biographie
Biographie
Livres
Livres
Robert Serrou, journaliste à Paris Match
De quel Dieu les jeunes sont-ils athées?
Agenda
Agenda
retour

Aumônier de jeunes pendant trente huit ans, Stan Rougier a appris d'eux à parler dru. Il a publié une vingtaine d'ouvrages. Les deux derniers, "Dieu était là et je ne le savais pas" et "Dieu écrit droit avec des lignes courbes" (Presses de la Renaissance) sont une émouvante autobiographie dans laquelle il tente de répondre aux questions que l'homme se pose sur sa destinée. Il explique de quel Dieu les jeunes sont athées, leur mal-être, bref tout ce qui semble se liguer pour leur arracher un Dieu du coeur.

"La jeunesse est passionnée d'authenticité", disait Paul VI. "Tout ce qui est hypocrite les indigne", dites-vous. "Ils n'acceptent pas ceux qui portent un masque. Ils sont allergiques à la médiocrité, ont une soif insatiable d'absolu". Or la question de Dieu reste pour eux un chantier ouvert, gigantesque.

Rappelez- vous la boutade de Woody Allen:" Si Dieu existe, j'espère qu'il a de bonnes excuses". Dieu a mauvaise presse. Lorsque quelqu'un meurt, c'est toujours Dieu qui est dans le coup. C'est au moins Lui qui a donné le feu vert. Face à la réalité du mal, que fait Dieu? Pour beaucoup, les religions sont les grands fauteurs de guerre. Qu'est ce qui a causé la guerre d'Irlande ? La religion. La guerre au Liban, en Algérie, au Rwanda, au Kosovo? La religion. Le terrorisme des fondamentalistes? La religion. Face à cela, beaucoup de jeunes reculent, perdus.
On pourrait leur dire que la religion peut servir au meilleur comme au pire. Tout dépend de celui qui va la pratiquer. Même la Bible est dangereuse si on la lit mal! C'est un langage codé. Avec le Lévitique on a brûlé Jeanne d'Arc. Avec certaines pages de l'Evangile, on a concocté l'Inquisition. Le Dieu auquel les jeunes ne croient pas, c'est le Dieu qui châtie, le Dieu culpabilisant, le Dieu qui n'a que des reproches à nous faire.

A ce Dieu, ils ne croient plus beaucoup.


Ils s'en sont heureusement débarrassés. Mais c'est triste d'avoir en même temps rejeté la foi au Dieu d'Amour. Parler de Dieu au lycée, à la fac ou au boulot, cela devient ringard. Il faut arrêter de juger Dieu sur ses parasites, ses caricatures.

N'est-ce pas aussi que Dieu leur parait ennuyeux?


On s'ennuie toujours quand on ne comprend pas. Lorsqu'ils assistent à des célébrations qu'ils comprennent, lorsqu'au cours d'un camp, on prépare une Eucharistie lourde de tout ce que l'on a vécu ensemble, de toutes les joies partagées, de toutes les épreuves surmontées, ils en redemandent. Ce sont pour eux les meilleurs moments.




suite