Accueil
Interviews
Documents
Interviews
Accueil
Interviews
Documents
Copyright © 2008 Stanrougier.com Tous droits réservés.
Biographie
Biographie
Livres
Livres
Panorama
Interview de Bertrand Révillon
Agenda
Agenda
retour
Une voix tonitruante, un cœur débordant, des coups de gueule homériques.....Depuis près de quarante ans, Stan ROUGIER vit son ministère de prêtre avec la même infatigable passion. Educateur auprès des délinquants, aumônier de lycée, écrivain, conférencier et prêcheur de retraites: ce fidèle complice de Panorama évoque dans un livre récent : " Dieu est Tendresse" son itinéraire à la suite du "Compagnon invisible".
 
Adolescent, vous rêviez de tous les métiers...

Je me sentais plusieurs vocations: journaliste, médecin, éducateur, globe-trotter. J'avais un nombre incalculable de désirs qui, finalement, se sont peu à peu unifiés dans une vocation de prêtre, bien au-delà de ce que je pouvais imaginer.
 
Pourtant, vous ne vouliez surtout pas devenir "curé"!

Pourtant, c'est vrai, les curés ont parfois suscité chez moi une sorte de répulsion instinctive. D'abord à cause du célibat: pas une seconde je n'imaginais pouvoir passer mon existence sans me marier, sans  fonder une famille et avoir des enfants.Je méditais  ce passage de Ben Sira (36,25) dans la Bible où il est écrit:"Un champ sans clôture est livré aux bêtes sauvages; l'homme sans épouse part à la dérive". Et je ne voulais pas partir à la dérive! Il y avait aussi le côté "vieux garçon", donneur de leçon et attiseur de culpabilité de certains prêtres de l'époque et qui me donnait plutôt envie de fuir!
 
Pas d'exceptions?

Si, fort heureusement, car sinon je ne serais sans doute pas là à vous en parler! Un aumônier scout et un père dominicain m'ont donné l'image d'hommes tellement épanouis par leur vocation que j'ai eu le désir de corriger l'idée, un peu rapide, que je me faisais du "métier" de prêtre.

Un changement de regard qui vous mènera jusqu'au séminaire?

Oui, à reculons! J'avais 22 ans et je faisais une découverte saisissante: Dieu pouvait avoir un autre visage que la caricature que je m'en étais faite jusque-là et qui m'avait tant oppressé. J'étais illuminé par la foi vivante et libre qui, soudain, se faisait jour en moi et j'avais un désir fou de faire partager cette bonne nouvelle aux autres.

suite