Accueil
Interviews
Documents
Interviews
Accueil
Interviews
Documents
Copyright © 2008 Stanrougier.com Tous droits réservés.
Biographie
Biographie
Livres
Livres
Propos recueillis par Anne de Grossouvre
"L'urgence, c'est les jeunes"
Agenda
Agenda
retour

Stan ROUGIER a passé toute sa vie de prêtre ( quarante-quatre ans) auprès des jeunes. Il garde comme un trésor tous les partages, toutes les émotions et les confidences glanés au cours de ces instants parmi eux. Quelque chose lui reste, dans son langage, dans la manière  dont il prend sa guitare pour chanter dans la foule comme il le ferait près d'un feu de bois, de cet âge compris entre quinze et vingt-cinq ans. Il dit de cette prériode qu'elle est capitale:"C'est là que chacun de nous s'est choisi, sans forcément avoir les meilleures clés pour le faire". Ce sont quelques-unes de ces clés, qu'il a inlassablement essayé de donner, qu'il évoque ici, ajoutant qu'à l'heure de sa mort, il n'aura qu'un regret: que l'aventure au contact des jeunes ne dure pas encore un peu.

Que dire aux jeunes lorsque l'on perçoit en eux ce désarroi, cette souffrance souvent inexprimée comme telle, face à une société qui valorise le cynisme, l'individualisme, et qui ridiculise toute aspiration spirituelle?

Leur faire expérimenter autre chose. J'ai passé toute ma vie de prêtre auprès de jeunes. Dans le cadre de l'aumônerie de plusieurs grands lycées comme "Racine" et "Condorcet" à Paris, ou "J.B. Corot" à Savigny. Je les amenais dans ce qu'on appelle des temps forts, des week-ends ou des camps assez longs, véritables retraites, la plupart du temps dans la nature; les Pyrennées, les Alpes, les Monts d'Auvergne. Dans cette ambiance de silence, je laissais retentir certaines paroles de la Bible ou de grands spirituels, saint Jean de la Croix, sainte Thérèse d'Avila, saint François d'Assise, Jean Paul II....Je leur faisais vivre des expériences de solitude, de méditation. Chacun partait dans un endroit désert avec quelques quinzaines de textes dans lesquels puiser et l'invitation d'écrire à leur tour quelque chose qui exprimerait ce qu'ils découvraient de cette expérience spirituelle. Ils revenaient métamorphosés. Ceal s'ajoutait à un temps de "présentation" où ils étaient invités à témoigner face au groupe de ce qu'ils pensaient être, de leur rapport à la foi, de ce qu'ils aimaient ou n'aimaient pas. La qualité de l'écoute, l'intensité des témoignages, l'intelligence des questions posées dans le partage qui suivait, me bouleversaient toujours. J'amais je n'aurais imaginé que des jeunes soient capables d'aller à ce point au fond d'eux-mêmes et de la dire si simplement devant d'autres.

Ces expériences concernent cependant des jeunes en aumônerie, déjà engagés ou soutenus par un certain contexte. Que dire à ceux qui sont éloignés de la religion, de la spiritualité ou qui n'en ont qu'une vision caricaturale?

J'ai été récemment invité dans un lycée d'Etat, dans une des zones urbaines les plus difficiles.

suite